Purple rain, hommage à Prince

Purple Rain : un hommage à Prince

Une autre étoile s’est éteinte prématurément jeudi dernier. J’ai gribouillé en hommage au Kid de Minneapolis, Prince du mystère et de la sensualité…

La pluie était revenue pour de bon, ajoutant à la triste nouvelle de la mort de Prince,  notamment connu pour son grand succès de 1984, Purple Rain (chanson, album  & film). Sans tabous et complexes, le musicien autodidacte aux yeux toujours cerclés d’eyeliner a révolutionné la musique. Celui qui déclarait n’être ni un homme ni une femme, mais « quelque chose qu’on ne peut pas comprendre » a été un modèle pour la communauté LGBTIA+ comme l’a été David Bowie, décédé en janvier. Irrévérencieux, il a porté son héritage avec fierté et aimait à déconstruire les clichés de ce que « devait être un homme noir ».

Purple rain, hommage à Prince

Purple rain, hommage à Prince

C’est pour ça que j’ai choisi de dessiner un personnage noir assez androgyne pour cet hommage. J’ai plein de nouveaux marqueurs à l’alcool de marque Touch (un genre de Copic en moins cher) qui m’ont permis d’avoir les bons tons pour sa peau et des couleurs flashy pour la pluie et les cheveux. J’ai rajouté du Posca pour le blanc et les gouttes du pluie.

L’effet Bokeh sur les gouttes de pluie et la lumière ont été ajoutés sur Adobe Photoshop. J’ai pas de scanner et les couleurs sont toujours ternes quand je prends mes dessins en photo. Voilà l’original sans retouche pour la comparaison :

Purple rain sans retouche

Purple rain sans retouche

Voilà, je reviens bientôt car j’ai deux commandes de dessin à faire !  Si ça vous intéresse (illustration, portrait version « anime ») vous pouvez me contacter soit via la page de contact soit via les réseaux sociaux (les boutons sont en haut et en bas de la page).

"Despite everything, no one can dictate who you are to other people." -- Prince

« Despite everything, no one can dictate who you are to other people. » — Prince

« En dépit de tout, personne ne peut décider à votre place qui vous êtes pour les autres. »

— Prince